Par Nicolas, le 8/4/2020 à 11:45.
Au départ, je partais pour parler uniquement du manga Tetsujin 28 et de l'histoire de sa création avec les textes de Yokoyama dispo dans une édition publiée par Kôbunsha en 1996. Néanmoins, j'ai pensé qu'il serait plus intéressant d'aller un peu plus loin en évoquant aussi le début de son parcours de mangaka.

Né en 1934 dans l'arrondissement de Suma à Kôbé, Mitsuteru Yokoyama est rapidement déporté avec sa famille dans la préfecture de Tottori où il grandit horrifié par la seconde guerre mondiale comme beaucoup d'enfants de sa génération. À son retour, il est choqué par les paysages incendiés de sa ville natale, notamment par les Boeing B-29 qu'il perçoit comme les machines les plus destructrices de ce monde.


Au collège, Yokoyama découvre le manga Metropolis de Osamu Tezuka. Il en lisait d'autres bien avant, mais c'est véritablement avec Metropolis qu'il commence à caresser le rêve de devenir mangaka. Pour autant, ses débuts sont loin d'être aussi simples, car il sent qu'il n'est pas un grand dessinateur dans l'âme. Le temps libre pendant le collège et le lycée lui permet d'en profiter pour améliorer son tracé et de dessiner quelques strips, comme la série des Wakai-kun pour le journal de son bahut. On trouve également des planches d'une histoire courte intitulée Hatake no takara dans la rubrique Manga no kanzume d'un supplément du magazine Manga Shônen (Janvier 1951). Ou encore Dream Town, une autre histoire courte, de 11 pages cette fois, dans la revue Shônen Shôjo Bokura Club du mois de juin 1952. Mais il décide finalement d'aller travailler dans une banque en sortant du lycée.

Les débuts dans le milieu du kashihon manga (manga à louer)

À la banque, sa passion pour le dessin ne fait que grandir, mais il n'a pas assez de temps libre pour dessiner. Après quelques mois, il démissionne pour travailler comme dessinateur dans un studio de cinéma. Entre chaque mission, il se sert de son temps libre pour dessiner des scripts de manga qu'il envoie soit au magazine Tantei-oh (pour lequel on dénombre pas moins de 7 histoires courtes), ou bien à Tôkôdô, une maison d'édition de mangas à louer de Ôsaka. Et c'est en 1955 qu'il parvient enfin à ses débuts professionnels avec Otonashi no ken, une histoire de cape et d'épée (jidaigeki). S'ensuit d'autres histoires courtes pour cet éditeur, comme Shirayuki monogatari (une version policière de Blanche-Neige) et Maken Rekken. Il rencontre enfin le succès et obtient même des félicitations de Tezuka. De là, il décide de déménager à Tokyo où Tezuka l'invite au Tokiwasô pour dessiner quelques planches de Tetsuwan Atom. Il n'y reste pas longtemps, mais sa bibliographie indique qu'il a dessiné plusieurs histoires écrites pour Osamu Tezuka (Ôgon toshi, Kairyû hatsuden, Kamen no bôkenji). Je ne peux malheureusement pas dire où ces mangas ont été publiés.


Tetsujin 28 !

En 1956, la maison d'édition Kôbunsha l'appelle et lui propose de republier Shirayuki Monogatari dans un format de série pour le magazine Shôjo. (Je parle bien du magazine, et non de la cible éditoriale). À partir de là, sa vie bascule totalement. Kôbunsha lui propose ensuite de dessiner d'autres histoires publiées en supplément, et une nouvelle série. Cette fois, c'est pour le magazine Shônen, celui-là même qui publie Tetsuwan Atom de Tezuka. Il leur envoie un script d'une ancienne histoire courte de science-fiction refusée par Tôkôdô appelée Kôtetsu Ningen 28-gô, mettant en scène un robot géant détruisant tout sur son passage. Comme on peut le deviner, ce script est le prototype de Tetsujin 28-gô.

À l'origine, Tetsujin 28 n'a rien de la figure héroïque qu'on lui attribue aujourd'hui, ni la même forme, bien qu'il soit toujours le fruit d'expérimentations hasardeuses de chercheurs complètement fous. Pendant la guerre du Pacifique, une branche de l'armée impériale japonaise, l'organisation PX-dan, souhaite construire une arme de destruction massive à l'image d'un robot géant. 27 tentatives, mais aucun d'entre eux ne survivent aux essaies. Le 28ème arrive à se stabiliser mais perd tout contrôle et commence à raser chaque ville qu'il croise sur son chemin.
Inspiré par Frankenstein et le Boeing B-29, Tetsujin 28 est conçu comme un engin de mort qui ressemble au robot que l'on peut voir sur la couverture du supplément à gauche de ce texte. Selon Yokoyama, l'histoire aurait dû en finir avec la destruction de Tetsujin 28 par le jeune détective Shôtarô Kaneda. Mais lors d'une enquête du magazine Shônen, le manga a reçu un si excellent accueil et d'innombrables lettres de la part des fans qu'il a été difficile de le terminer comme prévu. Et si le robot n'était pas un ennemi ? Et si il était un gentil justicier de métal capable de voler dans le ciel ? A partir de ces mots, Yokoyama a pratiqué une pirouette scénaristique pour faire en sorte que Tetsujin 28 était en fait Tetsujin 27, dont on a faussé la destruction, et que le véritable Tetsujin 28 se trouve encore au fond de la base ennemie. (Ce qui étrangement incohérent, car il existe un autre Tetsujin 27 !) Après un combat de titan, Tetsujin 28 détruit Tetsujin 27. L'histoire semble prendre fin, mais Tetsujin 28 continue ses destructions. Fort heureusement, il existe une télécommande pour le contrôler et mettre fin à ses agissements. Tetsujin 28 n'est ni gentil ni méchant. Il est une arme qui agit en fonction des mains qui le pilotent. Même si Kaneda le contrôle et semble juste, il suffit de voler la télécommande pour que Tetsujin détruise à nouveau ce monde. C'est ce questionnement qui subsiste tout au long du manga et de chaque histoire. Et pour cela, la suite met en scène une multitude de mauvais personnages, surtout des savants fous (Dr. Franken Stein, Dr. Dragnet, Dr. Big Fire), et des méchants robots (Black Ox, Satan, Fire Mark II, Gilbert, etc.)

Tetsujin 28 s'achève une dizaine d'années plus tard, en 1966. Entre 1953 et 1963, la télévision a eu le temps de se démocratiser au pays du soleil levant. Pour cette raison, le kashihon manga et le kamishibai ont peu à peu disparu, laissant place aux nombreux écrans, à leurs émissions de sport et aux premières séries en prises de vues réelles et d'animation. À l'instar de Tetsuwan Atom, Tetsujin 28 est d'abord adapté en séries live de science-fiction en 1960, puis en série d'animation à partir d'octobre 1963. Le manga comme les séries rencontrent un franc succès et place Yokoyama parmi les piliers de la culture manga au même titre que Tezuka et Shôtarô Ishinomori.


Plus de 60 ans après, Tetsujin 28 est désormais une figure emblématique de la culture populaire japonaise. On le considère comme le point de départ de l'immense histoire des robots géants, bien que celui du film Le roi et l'oiseau le précède de quelques années. Une statue a été installée dans le parc Wakamatsu à Kobé, et on en trouve parfois des plus petites aux entrées de boutiques de bonbon typique de l'ère Shôwa (les dagashi-ya). D'autres adaptations animées ont vu le jour, une nouvelle toutes les décennies depuis 1980. Pour ma part, j'ai une préférence pour la version à l'ambiance roman noir de 2004 réalisée par Yasuhiro Imagawa. Ce dernier est aussi le réalisateur de la série d'OVA Giant Robo, une autre création de Mitsuteru Yokoyama.

Je vais terminer cet article avec une petite anecdote. Je pense que beaucoup de fans d'Akira savent que le nom du héros, Shôtarô Kaneda, est inspiré de Tetsujin 28. Mais, quelle est l'origine de Shôtarô Kaneda dans Tetsujin 28 ?
En fait, Yokoyama était un fan de l'équipe de baseball Kokutetsu Swallows (actuelle Tokyo Yakult Swallows). Il y avait un joueur appelé Masaichi Kaneda, le célèbre lanceur de l'équipe. L'équipe n'était pas particulièrement forte, même l'une des plus désastreuses, mais Kaneda leur a rapporté la victoire a de très nombreuses reprises. Yokoyama dit qu'il était très fort dans une équipe très faible, tel un allié de la justice, c'est pourquoi il l'a beaucoup inspiré. Pour son héros dans Tetsujin 28, il gardé Kaneda et le premier kanji de son prénom, masa, qui se lit aussi shô (正). Tarô était seulement le prénom le plus commun des japonais à cette époque, ce qui permettait à n'importe quel enfant de se reconnaître.

Bibliographie de Mitsuteru Yokoyama, de 1950 à 1956.

Année Titre Format Editeur Magazine
1950 Mitsugo no kôfu Manga
Wakai-kun Comic strip Suma Kôkô Shinbun
1951 Hatake no takara Manga (furoku) Gakudôsha Manga Shônen
Mister Suma Comic Strip Suma Kôkô Shinbun
Shin'an tako shuhō Comic strip Suma Kôkô Shinbun
1952 Seibu otoko Manga Tantei-oh
Haya-ashi Comic strip Suma Kôkô Shinbun kikanshi
Dream Town Comic strip Shônen Shôjo Hogaraka Club
Drama-kun Kodomo Book
Sugata Sanshirô-kun Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono Book
Susume John-kun Manga Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono Book
1953 Atama no John-kun Manga Tantei-oh
Mudai (sans titre) Comic strip Suma kôkô shinbun kikanshi
Kôgen no utau Manga Tantei-oh
Muhôsha chitai Billy the Kid Manga Tantei-oh
Aru yoru no dekigoto Manga Tantei-oh
Tarokichi Meitantei Manga Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono
Madara no fuefuki Manga Tantei-oh
1954 Midori-san Manga
Shinkû chitai Manga Tantei-oh
1955 Otonashi no ken Kashihon Tôkôdô
Shirayuki monogatari Kashihon Tôkôdô
Maken rekken Kashihon Tôkôdô
Ôgon toshi Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Tarzan no dôkutsu Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Kairyû hatsuden Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Kumo-jima no bôken Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Poppo-chan Manga (furoku) Shôjo
Shirayuri Kôshinkyoku Manga Shôjo
Robin Hood no bôken Manga
Tarzan no dôkutsu Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Texas kara kita otoko Manga
Tsukibue Sorabue
Gôyû Tameasa Manga (furoku) Shônen
Christmas Carol Manga (furoku) Shôjo Club
1956 Hakuchô no mizu-umi Manga
Harukaze yo ganbare Manga Shôjo
Kamen no bôkenji Manga scénario d'Osamu Tezuka
Hakuchô no mizu-umi Manga
Dôkutsu no ôgon
Ryûsha no ken Manga (furoku) Kôbunsha Shônen
Hakuryû kenshi Manga (furoku) Kôbunsha Shônen
Ichiban hoshi no uta Manga Kôbunsha Shôjo
Tange Sazen Manga (furoku) Kôbunsha Bokura
Tetsujin 28-gô Manga (+furoku) Kôbunsha Shônen
Yuyake nikki Manga (Shôjo)
Chidori no kyoku Manga (Shôjo)
Chiko no gyûnyûya Manga (Shôjo)
Numa no hotori no ie Manga
Kogarashi Daisuke Manga (furoku) Bôken-oh
Arashigaoka Manga Shôjo Club
Bokujô no chorus Manga
Chigusa-chan Manga
Par Nicolas, le 7/4/2020 à 18:52.
Sous-catégorie(s) : mitsuteru yokoyama
Année Titre Format Editeur Magazine
1950 Mitsugo no kôfu Manga
Wakai-kun Comic strip Suma Kôkô Shinbun
1951 Hatake no takara Manga (furoku) Gakudôsha Manga Shônen
Mister Suma Comic Strip Suma Kôkô Shinbun
Shin'an tako shuhō Comic strip Suma Kôkô Shinbun
1952 Seibu otoko Manga Tantei-oh
Haya-ashi Comic strip Suma Kôkô Shinbun kikanshi
Dream Town Comic strip Shônen Shôjo Hogaraka Club
Drama-kun Kodomo Book
Sugata Sanshirô-kun Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono Book
Susume John-kun Manga Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono Book
1953 Atama no John-kun Manga Tantei-oh
Mudai (sans titre) Comic strip Suma kôkô shinbun kikanshi
Kôgen no utau Manga Tantei-oh
Muhôsha chitai Billy the Kid Manga Tantei-oh
Aru yoru no dekigoto Manga Tantei-oh
Tarokichi Meitantei Manga Shônen Shôjo Yomikiri Yomimono
Madara no fuefuki Manga Tantei-oh
1954 Midori-san Manga
Shinkû chitai Manga Tantei-oh
1955 Otonashi no ken Kashihon Tôkôdô
Shirayuki monogatari Kashihon Tôkôdô
Maken rekken Kashihon Tôkôdô
Ôgon toshi Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Tarzan no dôkutsu Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Kairyû hatsuden Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Kumo-jima no bôken Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Poppo-chan Manga (furoku) Shôjo
Shirayuri Kôshinkyoku Manga Shôjo
Robin Hood no bôken Manga
Tarzan no dôkutsu Kashihon scénario d'Osamu Tezuka
Texas kara kita otoko Manga
Tsukibue Sorabue
Gôyû Tameasa Manga (furoku) Shônen
Christmas Carol Manga (furoku) Shôjo Club
1956 Hakuchô no mizu-umi Manga
Harukaze yo ganbare Manga Shôjo
Kamen no bôkenji Manga scénario d'Osamu Tezuka
Hakuchô no mizu-umi Manga
Dôkutsu no ôgon
Ryûsha no ken Manga (furoku) Kôbunsha Shônen
Hakuryû kenshi Manga (furoku) Kôbunsha Shônen
Ichiban hoshi no uta Manga Kôbunsha Shôjo
Tange Sazen Manga (furoku) Kôbunsha Bokura
Tetsujin 28-gô Manga (+furoku) Kôbunsha Shônen
Yuyake nikki Manga (Shôjo)
Chidori no kyoku Manga (Shôjo)
Chiko no gyûnyûya Manga (Shôjo)
Numa no hotori no ie Manga
Kogarashi Daisuke Manga (furoku) Bôken-oh
Arashigaoka Manga Shôjo Club
Bokujô no chorus Manga
Chigusa-chan Manga
<< ... 2 3 4 5 6 ... >>